AccueilFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexionRecherchersite
L'Art de la pêche

Le forum est en lecture libre,
un grand nombre de personnes partagent leur savoir sur ce site. Vous en profitez peut être?
Alors, pourquoi ne pas venir les remercier et en faire de même en devenant un Artpêchois. Pour cela rien de plus simple inscrivez vous.



 

Retour Accueil| Partagez|

Les perceptions sensorielles.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
kim du 22





MessageSujet: Les perceptions sensorielles. Dim 07 Fév 2010, 23:42

Bonjour à vous
Nous sommes le 09 02 2010


.Les perceptions sensorielles :
Le sens mécanique, la ligne latérale.

.Dispositif anatomique.

La ligne latérale est un organe original qui constitue l'apanage quasi exclusif de
la gent piscicole.
Cette ligne latérale est bien visible sur les flancs de la plupart des poissons et regroupe de nombreux capteurs appelés << neuromastes <<.
Les écailles correspondantes, organisées en ligne, forment une légère saillie,
et vous avez sûrement remarqué leur présence au moment d'écailler une vieille ou une daurade, lorsqu'il vous fallu arracher ces écailles une à une tant elles adhéraient à l'épiderme.
Egalement en grand nombre sur la tête, ces neuromastes sont alors moins visibles bien que tout aussi fonctionnels.
A l'intérieur de chaque neuromaste, des cils protégés par une cupule gélatineuse enregistrent les moindres vibrations.
Certains d'entre eux sont placés à la surface de l'épiderme, alors que d'autres sont logés plus profondément, communiquant à l'extérieur par un pore traversant l'épiderme et l'écaille.

.Fonctionnalités sensorielles.

Les neuromastes de surface et les neuromastes de canal jouent à priori des rôles légèrement différents.
Les premiers renseignent l'animal sur les conditions d'écoulement de l'eau à la surface de son épiderme, tandis que les neuromastes de canal enregistrent des vibrations dans une gamme de fréquence plus haute (supérieures à 30 Hz) et le renseignement sur les mouvements d'eau dans un environnement un peu plus large.
Dans les deux cas, l'animal recueille de l'information sur sa vitesse, sur celle du courant et, par effet de résonance, localise les obstacles vivants ou inertes figurant autant de déviations hydrologiques.

.Hypothèse du septième sens.

Les neuromastes de la ligne latérale ou de la zone céphalique constituent un système sensoriel original grâce auquel les poissons collectent de l'information sur les conditions d'écoulement de l'eau dans leur environnement proche ou immédiat.

.Localisation des proies.

.Outre les fonctions d'orientation et de nage, la ligne latérale joue un rôle important dans la détection de la nourriture.
Elle permet de localiser des proies même très petites, et on a pu mettre en évidence, en laboratoire, la capacité d'un petit poisson d'eau douce, la grémille, à localiser des daphnies de quelques millimètres dans l'obscurité la plus complète.
Dans des conditions de vie extrêmes- milieux peut éclairés, eaux turbides chargées en sédiments-, cette ligne latérale va prendre le relais du système
de vision défaillant, et certaines espèces ont développé ce dispositif anatomique de façon tout à fait surprenante.

.Hypothèse d'écholocation.

. Les poissons disposent, au travers de leur ligne latérale, d'un système de localisation de leurs proies, avec une portée toutefois excessivement réduite ne pouvant dépasser quelques centimètres.
à suivre:

kim
Revenir en haut Aller en bas
kim du 22





MessageSujet: Re: Les perceptions sensorielles. Jeu 11 Fév 2010, 23:40

Bonjour à vous
Nous sommes le 12 02 2010

.Perceptions sensorielles :suite

.Perturbations associées au déplacement d'un train de pêche.

Cette hypersensibilité aux modifications des champs de pression doit retenir toute notre attention, car,à l'évidence, les éléments de notre train de pêche
induisent aux aussi un lot de perturbation.
L'attractivité d'un leurre s'exprime au travers de ses qualités visuelles, acoustiques mais aussi vibratoires.
La taille de l'hameçon et la section du fil devront être adaptées à la morphologie du leurre et ne pas entraver le mouvement imaginé par son concepteur.

Hypothèse de la trace sonore d'un leurre.

.La capacité de perception des poissons associée à la ligne latérale trouve à s'appliquer en phase finale d'attaque, et le mauvais fonctionnement vibratoire d'un leurre pourra constituer au dernier moment un obstacle à la
concrétisation de l'attaque.
Ne pas hésiter à retoucher un leurre: les barbes et irrégularitées de moulage
doivent être supprimées.

.Cette sensibilité aux mauvaises vibrations ne s'arrête pas au leurre.
En effet, si la portée de cette perception est très limitée (quelques décimètres), les perturbations hydrologiques induites par le déplacement d'un objet dans l'eau laissent une empreinte perceptible pendant une durée
dépassant largement l'instantané.
On a pu mettre en évidence que la nage d'un poisson rouge laisse une trace
hydrologique encore perceptible par un prédateur près de 30 secondes après le passage de l'animal.
C'est donc toute la ligne qui entretiendra un fond << sonore<< que le poisson pourrait bien interpréter comme une menace.
Cette nuisance vibratoire est une constante quelle que soit la technique de pêche utilisée, et le pêcheur devra multiplier les artifices pour minimiser les effets inhibiteurs.

.Hypothèse de la trace sonore d'une ligne de traîne.

.Du fait de ses capacités de perception mécano-sensorielle, le poisson est sensible aux perturbations hydrologiques associées au déplacement de la ligne dans l'eau.
La tresse, le plomb, les éléments de raccord induisent , de part leur mouvement, un effet de vortex perceptible plusieurs secondes après le passage de l'ensemble.
Le pêcheur devra employer à présenter la ligne la plus << fluide << possible.

.Quelques perturbations susceptibles de nuire à l'efficacité d'une traîne.

Sur votre bateau veillez aux portes-cannes répercutant les vibrations du bateau,canne trop dure, tresse trop grosse, raccord de ligne directement sur le plomb, plomb trop lourd, effet du tuyère dans le leurre et de faire attention aux bulles provenant du moteur

.Travailler sa trajectoire.

.Les stratégies complémentaires consistera à travailler sa trajectoire.
C'est la trace perceptible pendant quelques secondes et non l'objet même que le poisson perçoit: il suffira donc d'adopter une progression légèrement
incurvée pour que notre leurre sorte de la zone perturbée.
Point trop n'en faut toutefois, car une courbe trop marquée altérera la qualité de nage des leurres.
Nous réserverons les courbes marquées à la fin de passage sur la zone supposée de tenue du poisson, et ce seulement pour prolonger de quelques secondes le contact avec la concentration.

.Hypothèse de la progression hyperbolique.

.Compte tenu de la grande sensibilité des poissons aux perturbations engendrées par le passage de la ligne, le pêcheur gagnera à adopter, pour une pêche à la traîne, une progression légèrement hyperbolique de façon à
toujours sortir son leurre de la trajectoire préalable de la ligne.
à suivre:

kim
Revenir en haut Aller en bas
kim du 22





MessageSujet: Re: Les perceptions sensorielles. Ven 12 Fév 2010, 23:13

Bonjour à vous
Nous sommes le 13 02 2010

Perceptions sensorielles suite:

.Travailler son mouvement de ligne.

.Dernière catégorie d'artifices: les effets de main sur la ligne.
Un mouvement oscillatoire, quel qui soit, nécessite que les forces de tension à l'origine du phénomène s'expriment avec une certaine régularité.
En modifiant la tension sur la ligne, le pêcheur va briser cette logique et rendre à la ligne la fluidité souhaitée.
En pêche à la traîne, de nombreux pêcheurs abandonnent la canne et préfèrent la ligne à la main, car elle permet une gamme d'effets plus large.

. Le mouvement le plus classique est celui de la << caille <<.
Le pêcheur pliant son bras à l'articulation du coude, imprime à la ligne un mouvement régulier d'une amplitude de 20 à 30 cm.
Le train de leurres subit une brève accélération à chaque mouvement, et l'effet de traction absorbe provisoirement les vibrations de la ligne.

. Autre technique: la << sonde << . En sondant régulièrement, le pêcheur va rétablir le bon réglage de profondeur, mais il va également briser les cycles vibratoires et laisser sa ligne repartir dans de bonnes conditions.
Les captures s'opèrent d'ailleurs souvent quelques instants après cette opération.

.Dernière astuce:les pêches à << gratter <<.
A éviter dans les secteurs trop accidentés et au milieu des forêts luminaires.
Cette technique donne de bons résultats partout ailleurs.
Il s'agit de mettre les leurres au contact avec le fond, soit pour un ragage du plomb sur le fond, soit pour une plombée en tête du leurre.
On pense, bien sûr, la croche possible, mais les plombs de type speed maintiennent assez bien la pointe de l'hameçon vers le haut.
A chaque contact avec le fond, votre leurre va marquer un arrêt, déplacer quelques graviers, soulever un nuage de sable: oubliées les mauvaises vibrations, et le poisson pourrait bien commettre le faux pas attendu.

.Hypothèse de la marche saccadée.

.Les bonnes vibrations.

.Fort heureusement, il y a aussi de bonnes vibrations, et certains auxilliaires
peuvent même ajouter le plus petit qui déclenchera l'attaque.
Pour la pêche au gros, ce sont les teasers, assemblage de fibres en toupet
placés quelques mètres avant le leurre qui semblent opérer sur les thonidés,
les espadons et les voiliers un effet d'attraction indispensable.
Pour les salmonidés, ce sont les palettes ondulantes placées en tête du leurre, qui, par leur éclat et par l'intensité des vibrations émises, vont forcer
l'attaque.
En pêche à la traîne, un poisson nageur placé en bout de ligne animera toute la ligne des saccades de son mouvement, et cet effet pourrait bien faire monter les plus gros poissons.
. En pêche de surface, c'est la combinaison d'un poisson à hélice et d'un poisson à bavette à quelques décimètres d'intervalle qui donnera parfois des résultats surprenants.
L'effet des poissons à hélice est d'ailleurs fortement inspiré de cette sensibilité des poissons aux bonnes vibrations, et l'impact de ce tohu-bohu
hélicoïdal est tout autant visuel qu'acoustique et mécano-sensoriel.

.Hypothèse de l'effet teaser

.Exploitant cette sensibilité des poissons aux phénomènes vibratoires, le pêcheur pourra enrichir ses montages d'auxiliaires tels que teasers, palettes
ondulantes, ou hélices qui contribueront à renforcer la propension à l'attaque des carnassiers ciblés.

.Reste à doser tous ces effets, car qui trop embrasse mal étreint, et à vouloir trop en faire on pourrait bien finir par effrayer le poisson.
Tout l'art de la pêche sera de combiner ces artifices dans une juste mesure
et, dans ce domaine, seule l'expérience vous permettra de vous construire un profil performant.
Les grands pêcheurs à la traîne ont chacun une manière différente de manier leur ligne, chacun un montage différent.
Rien ne sert de les singer, ils doivent vous servir d'inspiration et non de modèle.
Patiemment, en accumulant les observations, vous vous construirez votre propre personnalité de pêcheur.
à suivre:
voilà, bonne godille

kim
Revenir en haut Aller en bas
olivier91





MessageSujet: Re: Les perceptions sensorielles. Sam 13 Fév 2010, 05:02

La perception chez les poissons est très développée, c'est vari aussi que les vibrations se déplacent + vite dans l'eau...

Merci Kim pour cet exposé.
Revenir en haut Aller en bas
http://lsi-immo.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les perceptions sensorielles. Aujourd'hui à 15:21

Revenir en haut Aller en bas

Les perceptions sensorielles.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Art de la pêche :: Nos Plans d'eaux :: La mer-
Sauter vers:






Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit