AccueilFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexionRecherchersite
L'Art de la pêche


Le forum est en lecture libre,
un grand nombre de personnes partagent leur savoir sur ce site. Vous en profitez peut être?
Alors, pourquoi ne pas venir les remercier et en faire de même en devenant un Artpêchois. Pour cela rien de plus simple inscrivez vous. Wink



 
Retour Accueil| Partagez|

La pêche fine à la pâte: une des "pêches à papa"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: La pêche fine à la pâte:" une des pêches à papa " Dim 20 Déc 2009, 17:20

C'est le tome 1 ou 2 ? Je suis plus désolé ..

Non je plaisante bien au contraire c'est grandiose tous ces exposés !!

Merci beaucoup
Revenir en haut Aller en bas
Le Grand blanc





MessageSujet: Re: La pêche fine à la pâte: une des "pêches à papa" Lun 21 Déc 2009, 02:46

ch'pateu a écrit:


J’espère ne pas avoir été trop ennuyeux dans ce long développement sur les lignes J’aborderai la prochaine fois les amorces et l’amorçage.
Amicalement,ch'pateu [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Pas du tout, bien au contraire [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Un plaisir de parcourir tes écrits [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Nous avons 13386 Artpêchois | 566387 messages | 36329 sujets et barrel est le dernier inscrit sur ADLP
Revenir en haut Aller en bas
http://www.art-de-la-peche.com
le pecheur du 51





MessageSujet: Re: La pêche fine à la pâte: une des "pêches à papa" Ven 25 Déc 2009, 15:41

Grand merci a toi[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.art-de-la-peche.com
ch'pateu





MessageSujet: Re: La pêche fine à la pâte: une des "pêches à papa" Dim 27 Déc 2009, 20:08

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


(SUITE)

Je poursuis mon propos sur la pêche à la pâte en abordant la question délicate des amorces et de l’amorçage. Il me paraît important de rappeler certains aspects de l’amorce souvent négligés dont notamment son aspect « mécanique » qui permet à celle-ci de plus ou moins « travailler », sa « richesse »,donc son pouvoir gavant, sa granulométrie et sa couleur.
On parlera des produits dispersants, neutres et collants, de l’importance à les mélanger dans certaines proportions pour élaborer des recettes dites de « surface », d’« entre deux eaux » et de « fond » adaptées à des contextes de pêche différents. On insistera sur le mouillage et le tamisage de l’amorce, du serrage des boules qui sont également des opérations importantes de sa préparation.
J’invite nos amis débutants à lire et relire ces chapitres consacrés aux amorces et à l’amorçage. Ils leur seront utiles pour progresser.
[b]
[/b]

III ) LES AMORCES :


-Si vous utilisez une pâte demi-ferme (recettes 1 à 3) en alternance avec d’autres esches, vous pourrez utiliser votre amorce de fond habituelle.


-Si vous employez la pâte tendre en « spécialité » (recette n°6), il faudra tenir compte de l’espèce de poisson la plus représentée : ablette, gardon, brêmette…
S’il s’agit de l’ablette, on utilisera l’amorce de surface.
S’il s’agit du gardon ou de la plaquette, on choisira une amorce « d’entre deux eaux » qui travaillera de la mi-hauteur jusqu’au fond. Elle nous permettra de rechercher les poissons sur une couche d’eau importante. C’est celle que j’emploie le plus souvent.
S’il s’agit d’une population mixte ablettes et gardons, on emploiera un mélange composée d’un tiers d’amorce de surface pour deux tiers d’amorce « d’entre deux eaux ».
Dans tous les cas les produits entrant dans la composition de nos amorces seront de première qualité et de première fraîcheur et notre amorce ne contiendra ni fouillis ni pinkies…

La quantité d’amorce employée pour ces pêches à la pâte est sans commune mesure avec celle utilisée en concours : une livre de mélange sec suffira le plus souvent, on est alors très loin des 12 litres d’amorce et des livres de fouillis…..


A) les amorces de surface ou amorces à ablettes :


a) rôle :
Leur rôle est de rassembler ablettes et gardonneaux…le plus près possible de la surface. Ainsi le flotteur se positionnera rapidement et on ira d’autant plus vite à les prendre.
Ce type d’amorce « travaille » dès qu’elle touche l’eau. On en déduira facilement que pour « nuager » autant, les produits qui les composent sont des produits neutres et dispersants voire traçants. En revanche elles ne font pas appel aux produits collants en opposition avec les amorces de fond.


b) couleur :
Personnellement je préfère les mélanges de couleur brune dans la plupart des cas. Les amorces claires (blanches, jaunes) seront utilisées lorsque les concentrations de petites ablettes sont importantes, et que les eaux sont plus chaudes. Je demeure persuadé que les grosses ablettes sont davantage attirées par un nuage sombre et qu’elles restent en retrait des petites et à une plus grande profondeur.


c) granulométrie :Ces types d’amorces sont caractérisés par leur mouture très fine qui ne gave pas les petits et moyens poissons mais qui excite leur appétit. Un passage au tamis fin de l’amorce sèche s’avère utile avant l’emploi, afin d’ôter les débris divers et les grosses particules.


d) richesse :Les différents produits qui les composent sont pauvres ou peu nourrissants : semoule de maïs fine, chapelure rousse grillée, coco belge, coprah, biscuits cornet de glace, farine de maïs, chènevis grillé, gaude de maïs, etc….ce qui là encore diminue les risques de gavage.


e) amorces du commerce :
On trouve dans le commerce des amorces de grande qualité : sensas 3000 ablettes, 3000 surface, sensas record 515 etc… et des produits traçants qui ont pour vertu de rendre le nuage plus persistant (Tracix, auparavant Alba 2000) et qui ont supplanté des produits classiques comme le lait en poudre, la crème de riz, la craie pulvérisée..
Si leur conditionnement est réalisé en sachets d’un kilo ou plus, je vous conseille d’en faire des sachets de 500 g. Vous constaterez que 500 g d’amorce sèche vous permettront de pêcher un bon moment du fait que ce type d’amorce gonfle énormément. Il vaut mieux, le cas échéant, en refaire un peu que de gâcher la moitié du paquet.
Je précise que je n’emploie jamais d’additifs du commerce dans mes amorces. Pour la pâte, je mets quelques sachets de sucre vanillé (arôme naturel) dans mes mélanges. Pour les autres pêches j’emploie la graine de coriandre finement moulue par mes soins.


f) amorces « maison » :
Je vous en présenterai quatre :
1ère :
- 2 parts de chapelure rousse grillée fine, 4 parts de farine de maïs, 2 parts de semoule de maïs très fine (crue), 1 part de gaude de maïs, 1 part de chènevis grillé.

2ème :
- 2 parts de biscottes moulues, 2 parts de biscuits moulus (cornet de glace), 1 part de gaude de maïs, 4 parts de farine de maïs, 1 part de lait en poudre.
3ème :
Recette de Jacky Morzières :
- 1 part de farine de maïs, 1 part de crème de riz, 1 part de biscottes moulues, 1 part de sable fin + craie pulvérisée.
4ème :
Recette de Gérard Heulard :
- 1 part de chapelure rousse fine, 1 part de chènevis moulu fin, 1 part d’arachide grillée, 1 à 3 parts de terre de Somme. En fait, il s’agit simplement de son amorce de fond habituelle (sans collant) affinée et mouillée beaucoup plus, jusqu’à l’utiliser en « soupe ».


g) produits pour alourdir :Pour pêcher à courte distance ces amorces se suffisent à elles-mêmes. Cependant pour rappeler lorsqu’on doit pêcher l’ablette relativement loin (plus de 6 mètres) il convient d’alourdir l’amorce mais sans la coller. On pourra utiliser à cette fin : le sablon (sable blanc très fin), la terre de Somme dont les propriétés « nuageantes » sont intéressantes pour la grosse ablette et enfin le liant à allonger.


h) le mouillage :
C’est certainement l’opération la plus importante dans la réalisation d’une amorce.
En fait, beaucoup de pêcheurs font une fixation sur l’efficacité des produits qu’ils ont sélectionné dans leur mélange et en oublient le pouvoir de l’eau qui assure la cohésion et le « travail » de leur amorce. Ils mouillent souvent leur amorce rapidement et machinalement sans se soucier de son effet mécanique. En effet, leur mélange est hétérogène, une partie trop mouillée et le fond du bac, parfois à peine humidifié.
Le mouillage d’une amorce doit, dans tous les cas, être homogène. Pour réussir le mouillage de vos amorces (de surface « sèches, d’entre deux eaux et de fond) il faut :
- prévoir, au total, un temps minimum de mouillage d’une bonne trentaine de minutes pour laisser le temps aux fines particules de gonfler.
- ajouter de l’eau par petite quantité. Je me sers, pour cela, d’une petite éponge attachée par un nœud coulant à une longue ficelle synthétique. Elle vous servira aussi à laver vos mains, votre matériel en vous évitant de « piquer une tête en avant ».
- brasser énergiquement et longuement le mélange après chaque ajout d’eau.
- laisser gonfler quinze à vingt minutes.
- humidifier à nouveau pour trouver le mouillage adéquat. Vous pouvez utiliser, à ce stade, un vaporisateur qui sera très précis pour fignoler le mouillage.
- laisser reposer encore un quart d’heure
- rebrasser le tout longuement,
- éventuellement ultime rajout d’eau à l’aide du vaporisateur
- et tamiser l’ensemble avec un tamis à petites mailles (amorces de surface « sèches » et d’entre deux eaux) et à plus grosses mailles pour l’amorce de fond.
Remarque : Vous pouvez prémouiller votre amorce à la maison en vous servant d’eau de pluie et parachever le mouillage au bord de l’eau.


Selon le dosage d’eau utilisé, on distinguera les amorces de surface dites « sèches » des amorces « surmouillées ».


1) les amorces « sèches » :Les farines qui les composent sont juste gonflées et sans excès par le mouillage expliqué précédemment. Lorsque vous en lancez à l’eau une boulette, elle doit aussitôt éclater, se diffuser et s’étaler en descendant. Aucune particule ne doit flotter et si la boulette n’éclate pas aussitôt qu’elle touche l’eau, c’est qu’elle est trop mouillée. On peut alors rectifier l’amorce en y mélangeant un peu de mélange sec et en rebrassant le tout.


2) les amorces « surmouillées » :A l’inverse des précédentes, elles contiennent de l’eau en excès. Elles sont plus faciles et rapides à réaliser (pas de tamisage). Le nuage créé à leur contact avec l’eau est immédiat et tenace. En revanche il n’est pas facile de la lancer loin. Son utilisation en période de froid est assez pénible du fait qu’elle salit énormément les mains et qu’elle vous oblige à les laver constamment dans un seau (gare alors à la piquette cinglante). Cependant mouillée, encore plus, « en soupe » elle peut être expédiée facilement à l’aide d’une cuiller à soupe, ce qui vous épargnera ce désagrément.


i) le tamisage :Il s’impose pour les amorces de surface « sèches » et les amorces de fond(en général).Il permet d’éviter les grumeaux. Il rend le mouillage complètement homogène. Réalisé à l’aide d’un tamis de maille de l’ordre de 5 mm, l’amorce se trouve alors aérée et augmente de volume. Si une fois tamisée vous ne pouvez pas confectionner de boulettes c’est qu’elle est trop sèche il faut alors faire appel au pulvérisateur pour l’humecter. A l’inverse, si l’amorce est trop mouillée, elle colmatera rapidement les mailles du tamis : il faudra alors y ajouter de l’amorce sèche pour rectifier le tir.
Ceci peut paraître un peu compliqué mais vous verrez qu’avec un peu de pratique, en quelques séances et en utilisant le même mélange (j’insiste), vous parviendrez facilement à gérer ces problèmes de mouillage.

Nous aborderons la prochaine fois le chapitre consacrée aux amorces "d'entre deux eaux".Je vous souhaite, à toutes et à tous, une bonne fin d'année.

Amicalement, ch'pateu
.[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Le Grand blanc





MessageSujet: Re: La pêche fine à la pâte: une des "pêches à papa" Lun 28 Déc 2009, 04:08

Que du plaisir [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Nous avons 13386 Artpêchois | 566387 messages | 36329 sujets et barrel est le dernier inscrit sur ADLP
Revenir en haut Aller en bas
http://www.art-de-la-peche.com
kim du 22





MessageSujet: Re: La pêche fine à la pâte: une des "pêches à papa" Lun 28 Déc 2009, 05:45

Bonjour [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Merci pour ton partage à travers ce forum, il est sûr que tu as dû en régaler plus d'un qui ne demande que demande que de savoir, apprendre, comprendre
pour le plaisir de prendre du poisson.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Pour ce récit de qualité.

kim
Revenir en haut Aller en bas
Piranha





MessageSujet: Re: La pêche fine à la pâte: une des "pêches à papa" Mer 30 Déc 2009, 11:46

Merci pour ces petites recettes des plus intéressantes ! [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Au plaisir de te relire !
Revenir en haut Aller en bas
ch'pateu





MessageSujet: Re: La pêche fine à la pâte: une des "pêches à papa" Sam 02 Jan 2010, 18:59

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Bonjour et Meilleurs Voeux à toutes et à tous:Santé, Bonheur et bonnes pêches.

(suite)

B) Les amorces « d’entre deux eaux » :


Il y a beaucoup d’analogies avec les amorces de « surface », mais nous insisterons davantage sur ce qui les différencie. Elles s’apparentent aussi aux amorces de fond quoique moins riches, moins collantes et moins mouillées.

a) rôle :Destiné à attirer les moyens et petits gardons, les brêmettes et autre friture à l’aide de notre pâte tendre, ce type d’amorce « travaillera » dès la mi-profondeur et ce, jusqu’au fond (de 0,80 m au fond).Ceci est encore plus valable aux beaux jours où ces petits poissons ne sont pas constamment près du fond. Ils se déplacent en troupes dans toute la couche d’eau.
Cependant, l’hiver dans les petits canaux, les rivières lentes, les bras morts ils conservent encore une activité réduite mais plus près du fond. On s’adaptera à cette situation en jouant sur le mouillage de l’amorce.


b) couleur :Je suis un inconditionnel des amorces de couleur brune qui restent plus discrètes sur le fond qu’une tâche blanche ou jaune qui éveille la méfiance des gardons et les fait repérer plus facilement des carnassiers.


c) granulométrie :On choisira des mélanges dont les particules seront très fines. Il ne faudra pas hésiter à passer la mouture au bol mixer pour l’affiner si elle vous paraît trop grossière.


d) richesse :Comme pour les amorces de surface, les produits pauvres ou peu nourrissants seront encore de mise mais on utilisera davantage d’oléagineux du type chènevis moulu cru et grillé et un peu de produits collants ( PV1 à petite dose, biscuits sucrés…) qui donneront plus de consistance au mélange à l’instar d’une amorce de fond légère.

e) amorces du commerce :Dans l’esprit du paragraphe précédent et du c), on peut, dans un souci de simplification obtenir une bonne amorce « d’entre deux eaux » en moulinant une amorce de fond type étang, pas top chargée en produits collants.
J’ai pêché les gardons à la pâte, ainsi dans les années 1980 et 1990 avec de l’amorce Tesse moulue (peu mouillée), et des gardons et ablettes (population mixte) avec une amorce composée de deux tiers de Tesse moulue et d’un tiers de Milo (surface)qui contenait de la farine de cocons de vers à soie dont l’odeur était désagréable mais qui était très efficace (surmouillée).


f) amorces « maison » :
Je vous livre ci-après 5 recettes maison, simples de conception, mais néanmoins efficaces.

1ère :
- 2 parts de chapelure fine rousse grillée, 2 parts de farine de maïs, 2 parts de chènevis moulu cru, 2 parts d’arachide grillée, 1 part de gaude de maïs.
2ème :
- 2 parts de chapelure fine rousse grillée, 2 parts d’arachide grillée, 2 parts de chènevis moulu cru, 1 part de biscuit vanillé, 1 part de gaude de maïs.
3ème :
- 3 parts de chapelure fine rousse grillée, 1 part d’arachide grillée, 1 part de biscuit vanillé, 1 part de gaude de maïs, ½ part de purée de pomme de terre en flocons, 1 part de coprah mélassé, 1 part de chènevis moulu cru, 3 sachets de sucre vanillé (mon amorce pâte actuelle).
4ème :
- 2 parts de chapelure rousse grillée, 1 part de coco belge, 1 part de chènevis grillé, ½ part de PV1, ½ part de biscuit vanillé.
5ème :
- 1 part de chapelure fine rousse, 1 part de biscuit fin vanillé, 1 part de farine de maïs, 1 part de gaude de maïs, 1 farine de noix, 1 coco belge, 1 part d’arachide grillée (amorce de fond légère d’hiver).


g) produits pour alourdir :
Voir les amorces de surface.


h) le mouillage :
Voir les amorces de surface « sèches ».On précisera que ce type d’amorce « d’entre deux eaux » se mouille un peu plus qu’une amorce « sèche » de surface et un peu moins qu’une amorce de fond normale d’étang. L’amorce n°5 se mouille comme une amorce de fond.
L’amorce est « surmouillée » uniquement dans le cas d’une pêche d’ablettes et de gardons (population mixte).
Les opérations de mouillage relatées au chapitre amorces de surface s’appliquent pleinement ici.


i) le tamisage :
Voir les amorces de surface.


Si votre lieu de pêche recèle une densité correcte de poissons de friture et si vous suivez les conseils relatifs au mouillage et tamisage, vous en prendrez. Ne vous découragez pas si vous êtes capot. Cela arrive aussi aux meilleurs si les poissons ont décidé de ne pas « mordre », ce jour là. Apprenez à connaître votre amorce et votre matériel pour en tirer le maximum d’efficacité. Restez confiants, ne changez pas de recette à chaque sortie !
J’en ai fini pour aujourd’hui.
Nous aborderons la prochaine fois l’amorçage, c’est-à-dire les manières de distribuer nos différentes amorces.


Amicalement,ch'pateu [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
olivier91





MessageSujet: Re: La pêche fine à la pâte: une des "pêches à papa" Sam 02 Jan 2010, 19:47

Merci Ch'pateu![Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://lsi-immo.fr
Davy





MessageSujet: Re: La pêche fine à la pâte: une des "pêches à papa" Sam 02 Jan 2010, 19:56

Merci ch'pateu[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
C'est un grand plaisir de lire ton sujet[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Ont a tous hâte de savoir la suite[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: La pêche fine à la pâte: Sam 02 Jan 2010, 20:00

Un grand merci Ch'pateu pour la minutie et l'énorme travail que tu fournis pour nous faire partager ta passion
Revenir en haut Aller en bas
broc





MessageSujet: Re: La pêche fine à la pâte: une des "pêches à papa" Sam 02 Jan 2010, 20:46

un grand merci pour ce grand et bon recit bravo [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
ch'pateu





MessageSujet: Re: La pêche fine à la pâte: une des "pêches à papa" Lun 04 Jan 2010, 18:29

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] ,

(suite)

IV) L’AMORCAGE :


L’amorçage est la manière de procéder à la distribution de notre amorce.
La grande tendance de l’amorçage consiste à amorcer massivement au départ c’est- à -dire, à lancer sur le coup une quantité conséquente d’amorce de fond riche en fouillis ou autres, notamment dans les eaux calmes (canal, étang, rivières lentes) et sans rappeler, ou à rappeler mais pas avant un laps de temps d’une heure et demi à deux heures. Cette méthode dite d’ « amorçage lourd » sélectionnerait les beaux poissons (brêmes, gros gardons…) mais elle confine beaucoup le pêcheur dans un rôle d’attente et risque aussi de gaver les petits et moyens poissons, si les gros ne sont pas disposés à mordre….

A la pâte notre méthode d’amorçage sera, au contraire, basée sur le rappel, méthode d’amorçage active et discrète, c’est-à- dire sur l’envoi régulier d’un peu d’amorce soit en surface pour l’ablette, soit entre deux eaux ou près du fond pour les gardons et brêmettes. Cette manière d’amorcer « peu et souvent » permettra de les rassembler, de les maintenir sur le coup sans les gaver et de créer chez eux une certaine émulation, en jouant sur la concurrence. Il n’y aura pas assez d’amorce pour toute la troupe, aussi seuls les plus rapides et les plus « hardis » parviendront, à s’emparer de quelques parcelles. Cela aiguisera leur appétit et les rendra moins méfiants. Ils s’empareront d’autant mieux de notre petite boulette de pâte et l’avaleront d’autant plus franchement qu’elle est tendre.


Notre façon d’amorcer variera selon que l’on recherche à la pâte l’ablette ou le gardon et la plaquette.


A) amorçage de l’ablette :
On utilisera notre amorce de surface en « sèche » ou en « surmouillée » , suivant votre choix (les deux méthodes sont efficaces et méritent d’être essayées).

Du début à la fin de votre partie de pêche, il conviendra d’appâter de façon automatique, à la manière d’un métronome, votre coup en lançant une pincée d’amorce à chaque coup de ligne. Lorsque cette pincée touche l’eau, elle éclatera en formant un nuage qui sera remplacé par un autre avant sa disparition, et ainsi de suite. Il faut donc s’astreindre à respecter cette fréquence d’amorçage pour maintenir le banc d’ablettes sur le coup, même si les prises sont nombreuses. Si, dans le feu de l’action, vous cessez d’amorcer, les touches ralentiront jusqu’à disparaître. « Peu et souvent », telle est la devise qui s’applique à l’amorçage de l’ablette. La pincée s’obtient en serrant l’amorce entre l’index, le majeur et le pouce.
Il peut être intéressant de savoir amorcer de la main gauche avec précision, pour ne pas devoir changer la canne de main, mais ceci n’est pas trop pénalisant car avec des petites cannes et avec de la concentration et de bons reflexes vous pourrez, le cas échéant, ferrer de la main gauche et conserver une meilleure précision d’amorçage.
A titre d’exemple j’ai pu observer le grand champion Guy Hébert, aujourd’hui disparu, lors d’une séance d’entrainement sur une pêche de surface à la « mitraillette » : je peux vous affirmer que le fait de changer sa canne de main n’altérait pas sa vitesse d’exécution, tant la synchronisation de ses gestes était parfaite.


B) amorçage du gardon « entre deux eaux » :
On amorcera dans un premier temps à l’aide de 4 à 5 boulettes assez compactes de la taille d’un œuf de poule d’amorce d’« entre deux eaux, que l’on lancera avec précision sur notre coup, après avoir monté notre canne afin d’éviter d’amorcer trop loin. Il vaut mieux placer nos boules en les groupant à une longueur en léger retrait par rapport à la pointe du scion. Ces dernières viseront à rassembler les gardons et autres sur notre emplacement.
Par la suite, on s’efforcera de rappeler tous les trois ou quatre coups de ligne, pour débuter, à l’aide de petites boulettes d’amorce moins serrées de la taille d’une petite noix qui éclateront à mi-profondeur et qui battront le rappel et feront remonter nos poissons.
On notera, de plus, que lors d’un loupé ou de la prise d’un poisson la pâte tendre qui est régurgitée à la bonne profondeur par celui-ci exerce un auto-amorçage non négligeable, par son pouvoir délitant, dispersant et attractif.
La cadence du rappel dépendra de la densité des poissons et de la fréquence des touches. Il faudra amorcer, de toute façon, dès le ralentissement de ces dernières et surtout avant l’arrêt total de celles-ci. Là encore, pris dans le feu de l’action lorsque les gardons « donnent bien », le pêcheur en oublie souvent ce geste primordial, ce qui peut compromettre la suite de la partie de pêche.


J’en ai terminé pour aujourd’hui. La prochaine fois, nous parlerons de l’action de pêche proprement dite.

Amicalement,ch'pateu.[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Davy





MessageSujet: Re: La pêche fine à la pâte: une des "pêches à papa" Lun 04 Jan 2010, 18:45

Ont attends tous avec impatience [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]







[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
boulette59540





MessageSujet: Re: La pêche fine à la pâte: une des "pêches à papa" Mer 06 Jan 2010, 18:48

super a lire et felicitation (j esairai quand le temp le temp le permetra ) ca marche ete comme hiver la peche a la patte et vivent la suite
Revenir en haut Aller en bas
ch'pateu





MessageSujet: Re: La pêche fine à la pâte: une des "pêches à papa" Jeu 07 Jan 2010, 17:45

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image],
(SUITE)
L'ACTION DE PËCHE A LA PÂTE :

C’est la mise en œuvre de tous les matériels et amorces pour tenter de capturer les poissons. Avant de développer ce chapitre, il m’apparaît important de vous parler d’abord des emplacements et des périodes favorables pour pêcher l’ablette et le gardon avec cet appât fragile mais efficace, puis de l’installation proprement dite.


A) Emplacements et saisons pour l’ablette à la pâte :
Nous avons souligné, en parlant notamment des cannes, que la pêche à la pâte se pratiquait, en spécialité, avec des cannes de 3 à 4 mètres et qu’il fallait éviter de déboîter, notamment avec la pâte tendre. On tiendra compte des mœurs de ce poisson grégaire en privilégiant comme période favorable de sa pêche à la pâte celle couvrant l’automne à la période du frai (avril/mai). Les ablettes se concentrent alors sur les bordures des canaux, bras morts, aux endroits abrités et ensoleillés. C’est à cette époque que l’on arrivera plus facilement à les attirer avec nos amorces de surface, le moment le plus favorable se situant entre 11 et 15 heures, période où l’ensoleillement est le plus fort.
Après le frai, elles regagnent davantage le large et leur pêche en bordure devient plus aléatoire à l’exception de la Loire, par exemple, où on peut en prendre en grand nombre dans les courants soutenus mais là où l’eau est plus profonde que la moyenne, et en eau calme, là où l’eau est souvent troublée par des arrivées d’eau (rigoles d’amenée, embouchures de ruisseaux …).


B) Coups et saisons pour le gardon à la pâte :
La pêche de ce poisson à la pâte (comme au pain) peut se pratiquer toute l’année, à l’exception des périodes de froid vif ( notamment en étang dans nos régions), durant lesquelles il est « tétanisé » par les gelées et ne s’active pratiquement plus. Dans les rivières lentes, bras morts, canaux sa pêche hivernale est donc envisageable hormis par grands froids en amorçant, par exemple, avec la recette n° 5(amorce de fond légère d’hiver) et en pêchant à ras du fond (sans traîner). J’ai pêché ainsi à la pâte l’hiver, dans un bras de la Somme à Hem-Monacu (80) des gardons et des grosses ablettes avec de bons résultats.
Au début de printemps, on recherchera les gardons dans les zones peu profondes et bien exposées au soleil. Dès les premières chaleurs, on choisira les secteurs ombragés et riches en végétation aquatique où ils peuvent trouver ombre, nourriture, oxygène et protection contre les carnassiers. Ces coups situés près des herbiers constituent des emplacements de premier ordre jusqu’à là chute des feuilles. Ils permettent d’effectuer avec régularité de belles pêches de gardons, de rotengles et autres, à faible distance et, même si on casse de temps à autre sur des mémères, cela fait partie du jeu, le principal étant d’enregistrer un maximum de touches et de captures.
Aussi en octobre, je passais souvent des matinées à pêcher à la pâte, en étang, sur ces coups productifs pour faire des vifs et l’après- midi, je pratiquais la pêche du brochet au poisson mort-manié (pêche très tactile et sportive). Cet aparté pour vous dire que l’on apprend beaucoup en pratiquant des pêches différentes, rien de tel pour développer son sens de l’eau.


C) L’installation :
Elle se fera dans la plus grande discrétion : évitez de trop piétiner, posez votre matériel sur le sol avec douceur, n’enfoncez pas vos supports de canne ou de bourriche avec un marteau ou une grosse pierre, ne jouez pas au terrassier pour niveler votre emplacement. Si le sol est caillouteux ou irrégulier pensez à utiliser un ponton avec ses accessoires ou un panier-siège à pieds réglables ou une station (meilleure pour le confort quoique plus lourde et encombrante). Si votre emplacement est assez éloigné, prévoyez un charriot repliable pour ne pas vous « casser le dos ». Vous couperez, si nécessaire, les grandes herbes et autres orties qui s’avèreraient gênantes pour vos lignes et votre confort. Vous agencerez votre matériel et vos accessoires de manière rationnelle pour éviter des gestes et déplacements inutiles pour gagner du temps en ayant tout sous la main.
Vous positionnerez votre panier correctement, puis préparerez votre amorce « dans les règles de l’art ». Le seau à amorce sera disposé à portée à de votre main droite ou gauche selon le cas, la bourriche ou un seau muni d’un couvercle pour réceptionner les poissons(en saison fraîche) se trouvera à votre gauche, ainsi que votre épuisette dont le filet sera à mailles très fines (pour éviter d’emmêler les plombs et olivettes) et une desserte ou une tablette. Cette dernière contiendra votre boîte à pâte munie d’un couvercle, un chiffon pour essuyer vos mains, une sonde, le portefeuille à bas de lignes si vous en utilisez et un petit accessoire bien utile : un compteur à poissons coincé dans un bouchon de canne vissé sur un petit socle en bois épais. Il servira à totaliser vos prises (j’en ai fait l’acquisition il y a quelques années chez DK Warneton pour quelques euros). Sur votre droite vous pourrez installer à votre portée un râtelier pour les cannes de remplacement ou placer ces dernières verticalement à l’aide de supports-godets munis d’une pique.

La prochaine fois, nous traiterons respectivement de l'action de la pêche de "surface et d'entre deux eaux".
Amicalement,ch'pateu.[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
boulette59540





MessageSujet: Re: La pêche fine à la pâte: une des "pêches à papa" Ven 08 Jan 2010, 11:21

super felicitation vivenent l action de peche qui doit etre super intesant
la suite,la suite
Revenir en haut Aller en bas
mg59





MessageSujet: Re: La pêche fine à la pâte: une des "pêches à papa" Ven 08 Jan 2010, 11:49

je pense pour le bien des membres du forum et aussi pour que la lecture et le travail realisé par [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

et pour recompensé le travail de créer un spot it a la fin de sujet pour que tes ecris soit encore plus rapide a trouver [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

encore une fois bravo et merci !

_________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


La pêche de la carpe en canal : le site
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
jean-marie





MessageSujet: re Ven 08 Jan 2010, 14:15

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] bravo ch'pateu!!!!! que des bonnes techniques et de très bons conseils données! bonne continuation
Revenir en haut Aller en bas
ch'pateu





MessageSujet: Re: La pêche fine à la pâte: une des "pêches à papa" Sam 09 Jan 2010, 20:08

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] BONSOIR,
(SUITE)


D) L’ACTION DE PÊCHE DE SURFACE (ablette,..)
Vous êtes maintenant bien installés sur votre emplacement, votre amorce « sèche » ou « surmouillée » est prête à l’emploi. Vous allez commencer par en lancer quatre à cinq pincées pour « marquer » le coup, puis d’une manière automatique une pincée à chaque coup de ligne dès que le dernier nuage tend à disparaître (voir le chapitre IV sur l’amorçage). Il faut parfois faire preuve de patience avant de les regrouper et d’enregistrer les premières touches. Mais en respectant la règle du « peu et souvent » vous finirez bien par les attirer et les maintenir sur le coup.
Une canne de trois mètres paraît bien adaptée pour l’ablette à la pâte. La ligne dotée d’un tout petit flotteur et d’un hameçon n°26 (voir le chapitre matériel) sera la plus courte possible pour favoriser la tenue de ligne et faciliter la rapidité et la précision du ferrage. Pour cela, la bannière gagnera à ne pas excéder 1,50 m, sachant que la profondeur sera réglée, au début, entre 70 et 80 cm.
On pourra placer un peu de pâte tendre (recette n°6) sur la paume de la main gauche (si vous êtes droitier) ou sur l’extrémité de l’index de la main gauche ou droite (selon que vous amorcez de la main droite ou gauche). On plante alors l’hameçon, on tire en raclant et ça tient bien. A ma connaissance, on ne trouve plus de bague à pâte. J’en ai encore une qui doit dater des années 60, mais je préfère mettre une petite quantité de pâte sur l’index droit.
L’action de pêche consiste à lancer la pincée d’amorce, à poser délicatement la ligne pour ne pas faire détacher la pâte, garder la bannière tendue et ferrer à la moindre touche.
Les touches peuvent se manifester de plusieurs façons : une petite tape et le flotteur plonge rapidement, parfois il tressaute plusieurs fois sans plonger, il arrive aussi qu’il oscille ou qu’il se relève légèrement. Toutes ces réactions du flotteur, même presque imperceptibles, doivent être suivies d’un ferrage immédiat sous peine de voir l’hameçon dégarni de sa pâte, ce qui requiert une grande concentration et de bons réflexes.
La variété des touches fait tout le charme de cette pêche : parfois le flotteur plonge franchement mais le poisson n’est pas pris, d’autres fois il s’enfonce à peine et le poisson est profondément piqué. On s’efforcera, dans les moments difficiles de déplacer (voir le chapitre : plombée) le plomb de touche (baladeur) près de l’hameçon pour mieux déceler les touches et de faire des petits relâchés pour provoquer celles-ci.

Il vous faudra savoir estimer le temps que met le flotteur pour se positionner correctement (pensez à le saliver avant de pêcher) et celui que met la pâte à se déliter. Ainsi, l’amorçage régulier a tendance à faire monter les ablettes plus en surface, notamment les petites, qui interceptent la pâte avant le positionnement complet du flotteur : il faut alors diminuer la profondeur de pêche. Il en est de même si le soleil est de la partie. Si le temps se couvre, elles redescendent : il faut alors remettre du fond. On tentera aussi de pêcher les grosses plus en profondeur et légèrement à l’écart du coup.
La pêche à la pâte, plus que les autres, demande une adaptation permanente aux conditions du moment.
En résumé, l’action de pêche de surface se traduit par : l’eschage de la pâte, l’amorçage continu, le placement de la ligne et le ferrage.


E) L’ACTION DE PÊCHE « ENTRE DEUX EAUX » (gardons, brêmettes…):
On commencera par un sondage précis du coup à l’aide d’une petite sonde .On positionnera des repères correspondant à ce fond sur la canne au moyen de petits élastiques, de deux bouts de ruban adhésif ou de traces de Mystic blanc, faciles à nettoyer (contrairement au rouge). Ces repères nous éviteront de sonder à nouveau en cas de changement de ligne.
Compte tenu des 4 à 5 boulettes lancées initialement nous règlerons, au début, notre flotteur de manière que notre hameçon se trouve à une dizaine de centimètres du fond.
Cependant nos noix d’amorce de rappel, distribuées tous les 3 ou 4 coups de ligne, feront certainement remonter les gardons. Aussi dès l’apparition des premières touches nous serons vite fixés sur le niveau où ils évoluent. En effet si les touches se manifestent par des relevés du flotteur ou si la pâte est interceptée avant le positionnement définitif de ce dernier, c’est la preuve que les gardons se tiennent à un « étage supérieur » et il conviendra alors de régler la ligne en diminuant le fond, par tranche de 5 cm jusqu’à ce qu’on trouve la « bonne carburation ».Les touches sont comme pour l’ablette, souvent variées et doivent être sanctionnées par un ferrage rapide. Là encore, la concentration, la tenue de ligne sont primordiales pour ferrer promptement et précisément et sans brutalité, la bannière relativement courte sera bien tendue.
Il sera facile d’essayer à ras du fond si les touches ralentissent, ce notamment en fin de partie (vos marques ayant déjà été prises). Les surprises dignes de l’épuisette sont alors fréquentes.
Si les touches cessent brutalement, si vous repérez des « chasses », il y a de fortes chances que des poissons carnassiers aient été attirés par le rassemblement de tous les poissons sur votre coup. C’est le moment d’essayer de les capturer en plaçant un vif en plombée à un endroit pas trop éloigné de votre emplacement, mais sans gêner votre pêche. Un avertisseur de touche sera le bienvenu pour vous prévenir d’un départ. ATTENTION, toutefois de respecter les dates d’ouverture du brochet fixées par arrêté préfectoral et le règlement interne de votre association ou société de pêche. Tant que le carnassier sera dans les parages, les touches s’il y en a encore, seront très brèves et hésitantes. Ces chasses sont fréquentes à la belle saison et en automne.
Vos deux cannes de réserve de même longueur comporteront pour l’une, une ligne identique à celle que vous utilisez mais pour les pêches difficiles (plombée divisée ou progressive) et pour l ‘autre une ligne un peu plus lourde munie d’un flotteur à petite antenne si le vent monte en cours de pêche.
Pour les pêches très difficiles, une ligne très fine en 6/100 munie d’un micro-flotteur (par exemple, une toute petite plume de paon quillée sans antenne) et d’un hameçon fait main n° 26 et 28 en corde à piano en 18/100 et 16/100 constituera un véritable piège pour les poissons. Le flotteur mettra beaucoup de temps à se positionner, la pâte descendra tout doucement dans la couche d’eau et la touche se traduira par l’enfoncement lent et profond du flotteur qui n’opposera aucune résistance au poisson. La bannière sera tendue et plutôt qu’un ferrage classique, un léger relevé de canne suffira à piquer le poisson, ce qui limitera les casses, décrochages et emmêlements.




J’en ai terminé pour aujourd’hui. La prochaine fois, je vous livrerai quelques trucs avant d’apporter une conclusion à cette étude sur cette pêche passionnante.
Revenir en haut Aller en bas

La pêche fine à la pâte: une des "pêches à papa"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

+
Page 2 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Art de la pêche ::  ::  :: -
Sauter vers:






Forum gratuit | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Créer un forum