AccueilFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexionRecherchersite
L'Art de la pêche

Le forum est en lecture libre,
un grand nombre de personnes partagent leur savoir sur ce site. Vous en profitez peut être?
Alors, pourquoi ne pas venir les remercier et en faire de même en devenant un Artpêchois. Pour cela rien de plus simple inscrivez vous. Wink



 
Retour Accueil| Partagez|

La pêche fine à la pâte: une des "pêches à papa"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
ch'pateu





MessageSujet: La pêche fine à la pâte: une des "pêches à papa" Dim 22 Nov 2009, 21:33

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Pêcheur à la pâte depuis plus de 40 ans (voir mon inscription du 22/07/2009 §2) je voudrais vous faire partager mon expérience de cette pêche rentable, propre et peu coûteuse, tombée à tort en désuétude.
Aussi j’aimerais, si cela vous convient, vous faire partager des recettes de pâte avec leurs caractéristiques spécifiques avant d’aborder le matériel que j’utilise (cannes, lignes, amorces) et, bien sûr, l’action de pêche.
Cependant je souhaiterais auparavant mettre en avant les atouts de cet appât afin que vous deveniez vous aussi un fan de cette pêche passionnante.
En ces temps de crise, elle vous permettra de limiter vos dépenses en appâts (vers de vase, fouillis, pinkies et autres gozzers.. qui font, dans nos frigos, la joie et les délices de nos épouses ou compagnes) et en déplacement chez nos détaillants pour les acheter.
Elle est peu coûteuse car vous trouverez quasiment tous les ingrédients dans votre cuisine. Sans être radin : il n’y a pas de petites économies !
Vous pourrez, de surcroît, préparer d’avance des mélanges prêts à l’emploi…Nous le verrons ultérieurement.
La pêche à la pâte constitue une excellente école de précision. On apprend beaucoup avec elle : grande finesse et souplesse de la ligne, accompagnement et recherche quasi permanente du niveau du poisson, vitesse d’exécution. Après un apprentissage nécessaire, sa pratique assidue aiguisera votre sens de l’eau et vous aidera dans l’exercice des autres pêches (chènevis, pain..).
On peut cependant s’interroger sur la désaffection des pêcheurs pour la pâte .Je pense qu’elle résulte d’un manque de confiance des pêcheurs en elle, de la crainte qu’elle ne tienne pas suffisamment à l’hameçon. En fait, l’adhérence de la parcelle de pâte à l’hameçon, même très fin de fer, est bien supérieure à ce qu’il n’y paraît.

Ce n’est pas pour rien que de grands champions ont pêché (hors concours certes) et pratiquent encore avec elle : Gérard Heulard, Jacques Morzières, Daniel Bridoux, Jean-Pierre Lénezet, Fortuné Jaguelin, Christian Forestier et d’autres encore.
C’est une esche très rentable pour les poissons de friture et parfois pour ceux de belle taille car les surprises sont fréquentes et ce, en toutes saisons. Je vais m’employer ici à vous aider, à vous faciliter la tâche en vous faisant part de ma connaissance issue de l’expérience et de lectures, de cette pêche captivante.

Caractéristiques d’une bonne pâte :
L’élaboration d’une pâte doit s’inspirer du principe suivant : plus elle est dense, moins le poisson l’engame et plus vite il la recrache. A contrario, plus elle est tendre, mieux elle est engamée et moins vite recrachée. Une bonne pâte doit être tendre, sapide et avoir une tenue correcte à l’hameçon .Elle doit en quelque sorte « diffuser » sa saveur au poisson qui s’en approche (sapidité). Elle doit se délayer tout doucement sans se détacher dès sa descente dans l’eau. On reparlera d’ailleurs ultérieurement de l’auto-amorçage qu’elle provoque lorsqu’elle se délite ou est recrachée par un poisson .La réunion de ces 3 qualités (mollesse, sapidité et tenue correcte) n’est pas évidente à réaliser. Elle dépend avant tout des eaux où vous pratiquez.

On classe souvent les pâtes en 3 catégories : les « tendres », idéales pour les pêches de surface et de bordure, les « demi-fermes » pour les fonds plus importants, les courants et vents sensibles,les pêches faciles, et les « fermes » destinées aux gros poissons .Je ne développerai dans mon propos que les deux premières catégories.
Je vous quitte pour aujourd'hui.Je vous dévoilerai,la prochaine fois, si vous le désirez, des recettes de pâtes ayant fait leurs preuves et vous préciserai leurs caractéristiques.
Amicalement,ch'pateu[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
l'pekeu





MessageSujet: Re: La pêche fine à la pâte: une des "pêches à papa" Dim 22 Nov 2009, 21:51

merci[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
à la prochaine donc[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
ch-dam





MessageSujet: Re: La pêche fine à la pâte: une des "pêches à papa" Dim 22 Nov 2009, 22:04

Merci pour cette premiére présentation au plaisir de te lire Wink
Revenir en haut Aller en bas
idéal du lac
Goujon
Goujon



MessageSujet: Re: La pêche fine à la pâte: une des "pêches à papa" Lun 23 Nov 2009, 07:20

Bonjour !

Une belle présentation claire, précise et bien écrite ... assez rare de nos jours sur les forums.

Ce qui encourage pour lire la suite... attendue avec impatience.

@ +
Revenir en haut Aller en bas
http://carpillon.forumactif.com/
olivier91





MessageSujet: Re: La pêche fine à la pâte: une des "pêches à papa" Lun 23 Nov 2009, 09:33

Étant "pâteux".... j 'attends la suite avec impatience!! [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://lsi-immo.fr
ch'pateu





MessageSujet: Re: La pêche fine à la pâte: une des "pêches à papa" Lun 23 Nov 2009, 20:05

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] à tous,
Après avoir mis en avant les atouts de la pâte, précieux appât pour les pêches fines et rapides, je vous présente des recettes de pâte efficaces.


I ) RECETTES DE PÂTE :

Je vous propose ci-après 6 compositions de pâtes parmi tant d’autres en précisant leurs caractéristiques spécifiques.

1) Recette longue conservation ( recette de Roland Trumeau)
[/size]- 3 parts de flocons de purée de pommes de terre réduite en poudre
- 3 parts de farine à gâteaux
- 1 part de sucre glace
On peut colorer tout ou une partie en mélangeant à sec une pointe de couteau de colorant en poudre (jaune, rouge….)
Mis dans une boîte hermétique le mélange se conserve quasi indéfiniment dans un lieu sec. Vous pouvez donc en mettre en réserve un volume assez important et y puiser en allant selon vos besoins .Pour le mouillage mettre un peu de mélange dans un petit récipient et ajouter de l’eau progressivement(un peu moins d’eau que de farine) ,pétrir jusqu’à l’obtention d’une pâte veloutée et collante.
J’ai utilisé cette recette avec succès en rivière (Creuse, Loire ...), canal, lac et étang auprès des gardons et ablettes….Pour l’étang exclusivement, j’opte pour 2 parts de farine au lieu de 3.
Pensez à en garder en permanence dans votre panier pour vos pêches habituelles et de vacances et essayez- la.


2) Recette simple et efficace de ch’pateu :
- 2 cuillers à soupe de flocons de purée de pomme de terre
- 1 cuiller à soupe de farine
- 1 cuiller à café de sucre glace ou mieux de sucre vanillé
Mélangez le tout et mouillez avec un peu d’eau chaude jusqu’à obtention d’une pâte homogène et peu collante ou mieux mouillez le mélange flocons/farine avec un peu d’eau chaude dans laquelle vous aurez, au préalable, délayé du sucre vanillé.


3 a) Pâte blanche à la farine qui tient bien à l’hameçon :
Dans un bol mettre :
- 1 cuiller à soupe bombée de farine
- 1 cuiller à café d’huile (chènevis si possible)
- 1 demi-cuiller à café de sucre en poudre ou mieux de sucre glace
Mélanger le tout jusqu’à la consistance souhaitée en ajoutant petit à petit de l’eau.
Préparer le mélange si possible quelques heures avant de pêcher si possible pour que
la pâte « travaille ».
Pour la conserver près d’un mois au frigo, mettre en plus avant de la mouiller 1 sachet d’1 gramme d’acide salicylique (conservateur en vente en pharmacie à petit prix, c’est la base de l’aspirine) .Placer le tout dans une seringue en plastique de bonne taille ou à défaut dans un film alimentaire plastique.



3 b) Pâte jaune à la farine qui tient bien à l’hameçon :
Pour obtenir une pâte jaune, on peut colorer la pâte précédente 3 a) en y ajoutant une pincée de safran ou de colorant en poudre jaune (rayon carpiste), ou mieux en ajoutant un jaune d’œuf mélangé directement à la farine et aux cuillerées d’huile et de sucre, mais en diminuant d’autant la quantité d’eau nécessaire à sa liaison.


Ces quatre recettes simples (demi-fermes) permettent une pêche à déboîter à une distance raisonnable (jusqu’à 8 m), l’idéal étant de ne pas devoir trop le faire, pour gagner en rapidité. Ce sont des appâts efficaces que j’utilise en alternance avec d’autres comme le chènevis et le pain de mie anglais dont je vous parlerai ultérieurement.

Je vous présente maintenant 2 « grandes » recettes classiques qui ont fait leur preuve depuis des « lustres ».

4) Pâte à la pomme de terre :

Prendre une grosse pomme de terre cuite au four de préférence ( moins d’humidité) encore très chaude, extraire la chair jaune du centre ,ajouter un peu de farine, quelques gouttes d’huile de chènevis de préférence et pétrir le tout longuement avec une fourchette jusqu’à l’obtention d’un mélange homogène.

5) Pâte à l’œuf:
C’est celle que j’utilisais à mes débuts :
Faire cuire de préférence au four une belle pomme de terre à chair grasse, écraser la pomme de terre très chaude au presse- purée manuel, mettre dans une assiette un jaune d’œuf, mélanger vivement et longuement le tout avec une fourchette. La chaleur fait coaguler l’œuf et lui donne le liant nécessaire. Vous pouvez y joindre un peu de farine pour améliorer l’adhérence à l’hameçon notamment pour une pêche de gardons près du fond.

Ces 2 dernières recettes (tendres) demandent une préparation culinaire (cuisson).


[size=12]6) Recette de pâte tendre de ch’pateu.
Ingrédients : purée de pomme de terre en flocons, un demi-jaune d’œuf, une cuillère à soupe de farine et une cuillère à café bombée de sucre vanillé et 10 cl d’eau.


Mettre les 10 cl d’eau (presqu’un verre moyen) dans un bol (ça représente un tiers du bol), y délayer le sucre vanillé (ça correspond environ à la moitié d’un paquet de 7,5 g et mettre à chauffer au micro-onde 1 mn 30 s. Verser rapidement les flocons de pomme de terre et mettre en excès un demi-centimètre de flocons et toujours très rapidement pour opérer à chaud, placer le demi-jaune d’œuf et la cuillère arasée de farine. Pétrissez longuement le mélange en appuyant avec le dos de la cuillère à soupe (pas en tournant) pour le « tasser » jusqu’à l’obtention d’une pâte homogène.
Cette façon de faire vous permettra d’obtenir la même pâte toute l’année, pas trop dense et bien « délitante ». A ce sujet il convient de ne pas avoir la « main trop lourde » sur la farine. Pour une pêche de surface (ablettes..) ou entre deux eaux vous pourrez essayer de réduire la quantité de farine. De toute façon la quantité de pâte obtenue étant assez importante vous pouvez la confectionner avec la moitié d’une cuillère de farine, en conserver une partie et rajouter au reste un peu de farine en complément pour faire face à toute éventualité (vent, pêche à ras du fond, profondeur plus importante, pêche facile…)
Cette recette constitue un bon compromis entre consistance molle et adhérence à l’hameçon, ce qui pouvait apparaître, au départ, contradictoire.
Je tiens à préciser qu’elle « travaille » avec le temps et devient moins dense après 24 heures.
Elle tient moins bien que la majorité des autres mais elle produit un auto-amorçage certain de par sa consistance molle. C’est ma recette préférée lorsque je pêche à la pâte « en spécialité » et à faible distance.

Variante :
ne pas employer le sucre vanillé dilué dans l’eau mais rajouter juste après la farine une cuillère à soupe arasée de sucre en poudre, puis procéder comme indiqué ci-dessus (efficacité garantie aussi).

Je vous quitte pour aujourd'hui.La prochaine fois, nous détaillerons le matériel adéquat.
[/size]
Amicalement,ch'pateu[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] .
Revenir en haut Aller en bas
cobra59





MessageSujet: Re: La pêche fine à la pâte: une des "pêches à papa" Lun 23 Nov 2009, 20:51

merci du partage [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
fisheerman12





MessageSujet: Re: La pêche fine à la pâte: une des "pêches à papa" Lun 23 Nov 2009, 21:47

super recette merci du partage
duff
Revenir en haut Aller en bas
ch'pateu





MessageSujet: Re: La pêche fine à la pâte: une des "pêches à papa" Ven 11 Déc 2009, 21:32

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Bonsoir.
Nous abordons aujourd'hui le matériel pour pêcher à la pâte en commençant par les cannes.


II)LE MATERIEL:


[size=16]L’utilisation d’un tel appât requiert l’emploi d’un matériel simple mais adapté.
[/size]
L’idéal est de pêcher court, au plus près, surtout si votre emplacement se trouve près d’un herbier de bordure ou dans un endroit tranquille où vous ne risquait pas d’être dérangé toutes les 5 minutes par des badauds.

A) Les cannes.

Dans la mesure du possible, j’utilise des cannes comprises entre 3 et 4 mètres, ma préférence étant marquée pour celles de 3,5 mètres. Les cannes de vitesse télescopiques avec un scion plein en carbone sont à la fois légères et nerveuses, elles constituent le « must » en la matière. Vous en trouverez d’excellentes à des prix très abordables, notamment quand il s’agit de « fins de série » ou de « soldes ». Elles n’ont pas besoin d’être en haut module supérieur, leur poids étant minime. De plus, elles sont idéales pour apprendre à pêcher à vos enfants et petits- enfants et aussi pour la période des vacances.
Si vous ne voulez pas investir dans l’achat d’une telle canne, vous pouvez utiliser un kit de votre longue canne muni d un scion fin et creux avec un élastique de diamètre de 0,6 à 0,7 mm ou confectionner un scion doté d’une pointe en carbone plein. Attention à bien protéger l’extrémité du talon à l’aide d’un bouchon adapté et utiliser un petit rouleau ou des supports de cannes appropriés pour éviter un éventuel écrasement de la part d’un promeneur curieux et peu respectueux (ça arrive, notamment quand ça mord bien !).
Si vous vous deviez pêcher plus loin, utilisez alors une canne à emmanchement pas trop longue (6 mètres maxi pour une pâte tendre) pour que votre partie de pêche ne tourne pas en cauchemar. Pensez donc à bien choisir votre place à un endroit tranquille. Même s’il est assez éloigné de votre voiture, un matériel allégé vous facilitera la tâche: ça en vaut la peine...Discrétion oblige!
J’en ai terminé pour aujourd’hui et vous donne rendez-vous pour une prochaine fois pour parler des lignes….





SYNTHESE SUR LES CANNES pour la pêche à la pâte:


- a) Utiliser dans la plupart des cas des cannes « mitraillettes » télescopiques à scion carbone plein de 3 à 4 mètres de longueur : on gagne en rapidité (pour changer l’esche, ramener le poisson…), en maniabilité et on sent bien la défense du poisson.
- b) Si on doit « allonger » je choisis des cannes à emmanchements de 4,85 m ; 5,85 m ou 6,90m ou plus (de type allegria garbolino) avec une tête télescopique de 2,75 m et un scion plein .On peut déboîter mais il convient d’utiliser une pâte demi-ferme, car on perd en rapidité, on rate plus de poissons mais la précision reste correcte. De plus, on peut utiliser d’autres appâts en alternance. On en reparlera ultérieurement dans un autre post.
- c) S’il y a des beaux poissons en grande densité (bord des lacs en vacances ….le rêve), employer en eau dégagée l’élastique intérieur sur 2 brins pour le « fun » ; ou pour « tirer » ou en eau encombrée des cannes comme en b) mais avec un scion plus épais et une ligne plus forte.


J'en ai terminé aujourd'hui et vous donne rendez-vous, pour une prochaine fois, pour évoquer avec vous "la délicate question des lignes"

Amicalement,ch'pateu
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
l'pekeu





MessageSujet: Re: La pêche fine à la pâte: une des "pêches à papa" Ven 11 Déc 2009, 21:39

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] merci pour le partage
Revenir en haut Aller en bas
Kashima





MessageSujet: Re: La pêche fine à la pâte: une des "pêches à papa" Sam 12 Déc 2009, 09:21

Très bon sujet ! [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

On attend la suite .... [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
ptigolio





MessageSujet: Re: La pêche fine à la pâte: une des "pêches à papa" Sam 12 Déc 2009, 10:42

merci de ce partage[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
ch'pateu





MessageSujet: Re: La pêche fine à la pâte: une des "pêches à papa" Sam 12 Déc 2009, 19:00

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] ,



B) LES LIGNES.

Les montages sont fins « sur toute la ligne ». En effet, de l’hameçon au fil en passant par la plombée et le flotteur on tirera parti de la finesse et de la légèreté.


a) L’hameçon :
C’est une pièce maîtresse de la ligne. Il retient l’esche et pique le poisson qui ne doit pas en principe se décrocher autre part que dans la main du pêcheur. Pour la pâte, j’opte pour des tailles allant du n° 22 (pour les beaux poissons et les pêches faciles) au n°28 (poissons très difficiles), mes tailles favorites étant le n° 24 pour le gardon et n°26 pour l’ablette. Je les choisis très fins de fer à tige longue ou demi-longue. Ils sont plus solides que les extra-longs qui ont tendance à se tordre (lors de la capture d’un beau poisson ou en décrochant les prises même avec l’aide du dégorgeoir) et restent plus discrets pour le poisson.
Je puise encore aujourd'hui dans mes réserves en séries anciennes qui ont fait leur preuve : Lion d’or 1209 , 1295, 1207,1409 nickelés ou bronzés ;des VMC 9011N,9013 (mes préférés en 24) ,9015 (milamo : mes préférés en n°22) ,et des Mustad 5713 en n°24 qui datent mais dont le piquant et la finesse sont remarquables.
Pour les première (Lion d’or) et dernière marques(Mustad) citées, j’écrase l’ardillon un peu trop prononcé à l’aide d’un pince très fine. Il subsiste un petit « bossage » suffisant pour retenir le poisson mais qui permet un décrochage facile des prises et une extraction aisée du tablier ou des mailles de l’épuisette (vous voyez ce que je veux dire). Leur avantage sur les séries plus récentes réside dans leur conditionnement en boîte de 100 (voire 1000 pour VMC) qui fait baisser très nettement leur prix de revient. Demandez à votre détaillant s’il dispose d’un stock ancien comprenant les références précitées, vous ne serez pas déçus du rapport qualité-prix.

J’utilise aussi des séries plus récentes du commerce qui ont l’avantage de disposer d’une pointe affûtée chimiquement ou au laser et d’un micro-ardillon qui est parfait pour décrocher les prises sans les abîmer : les Drennan super carbon canal, fine match ; les VMC 7002,9032 (très piquants mais un peu « faiblards ») ; les Sensas 3040 etc….parmi tant d’autres.
J’ai quasiment abandonné les hameçons sans ardillon du commerce ( Mustad 5715,VMC 9012 et Lion d’or 1219) et me sers encore pour les pêches très difficiles de petits poissons d’hameçons sans ardillon réalisés par mes soins en n° 26 et 28 en corde à piano de 18/100 et 16/100.L’emploi de ces derniers associés à des « micro-flotteurs » évite parfois la cuisante bredouille. Mais ce n’est pas tous les jours que je les sors.


Certains penseront que les tailles des hameçons utilisés sont trop petites, je leur répondrai que leur poids infime, leur finesse et leur discrétion dans la petite parcelle de pâte sont des atouts majeurs. Ils se font oublier des poissons à l’engamage, mais une fois piqués ils tiennent du beau poisson dans la mesure où leur ouverture est proportionnelle à leur finesse. A titre d’exemples je vous citerai, entre autres, la prise d’une brême de 1,5 kg (pesée) prise sur 7/100 et hameçon de 24 le 14/04/2004 et le 29/04/2007, 4 belles tanches et 5 grosses brêmes dont une de 5 livres(pesée) sur 8/100 et hameçon de 22 avec montage élastique et une tanche de 750 g prise sur 6 ,5/100 et hameçon de 26 avec scion plein à la pâte le 19/09/1990 (je note tous mes résultats depuis 1980).


J’invite les pêcheurs qui ne savent pas monter leurs hameçons à apprendre à le faire. Il y a des posts très explicites sur ce forum. Le « montage avec les doigts »constitue encore un plus indéniable au bord de l’eau en cas de casse des lignes d’un seul tenant.

C’est là l’occasion opportune d’aborder le paragraphe consacré au fil, ce que nous ferons la prochaine fois.



Amicalement,ch'pateu. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
nokil77





MessageSujet: Re: La pêche fine à la pâte: une des "pêches à papa" Sam 12 Déc 2009, 19:41

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]et merci du partage.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.nokil77.skyrock.com/
olivier91





MessageSujet: Re: La pêche fine à la pâte: une des "pêches à papa" Sam 12 Déc 2009, 21:26

Excellent exposé... merci

C'est vrai que je prends des hameçons + gros...sans ardillon... plutôt du 20 ou même 18 suivant la taille des poissons et en plus j'y met un brin de laine... je fais un double nœud sur la hampe de l'hameçon et je coupe les 2 brins à ras, ça permet à la pâte de bien tenir au lancer, surtout quand on "claque" sur l'eau et de se positionner + haut et ainsi de bien dégager la pointe et en +, si la pâte tombe au lancer, il en reste toujours un peu sur la laine qui s'en imprègne et cela permet de ne pas pêcher à la goutte d'eau...

La pêche à la pâte devient souvent une pêche de vitesse et dans ce cas là, il n'y a même plus besoin de flotteur !!!
Revenir en haut Aller en bas
http://lsi-immo.fr
Kashima





MessageSujet: Re: La pêche fine à la pâte: une des "pêches à papa" Dim 13 Déc 2009, 10:27

ch'pateu a écrit:
... A titre d’exemples je vous citerai, entre autres, la prise d’une brême de 1,5 kg (pesée) prise sur 7/100 et hameçon de 24 le 14/04/2004 et le 29/04/2007, 4 belles tanches et 5 grosses brêmes dont une de 5 livres(pesée) sur 8/100 et hameçon de 22 avec montage élastique et une tanche de 750 g prise sur 6 ,5/100 et hameçon de 26 avec scion plein à la pâte le 19/09/1990 (je note tous mes résultats depuis 1980).

Beaux coups de ligne, bravo à toi. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Et encore bravo pour la qualité rédactionnelle de tes sujets. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
C'est super agréable à lire. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: La pêche fine à la pâte:" une des pêches à papa " Mar 15 Déc 2009, 10:08

Magnifique récit d'une clarté absolue

Et merci du partage , vraiment un grand
Revenir en haut Aller en bas
ch'pateu





MessageSujet: Re: La pêche fine à la pâte: une des "pêches à papa" Mar 15 Déc 2009, 18:00

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


LES LIGNES (suite)


b) le fil :
L’idéal est d’utiliser une ligne d’un seul tenant en nylon de 6,5 à 8/100 (le 7/100 étant un bon compromis finesse/résistance). La ligne est attachée par une boucle au scion plein muni d’une attache rapide stonfo .Elle mesure 50 cm de moins environ que la canne « mitraillette ».
La ligne d’un seul tenant est plus souple et plus solide, mais elle implique que vous sachiez monter vos hameçons au bord de l’eau. Elle permet de déplacer les plombs sur toute la longueur, notamment celui de touche dont nous reparlerons avec la plombée.
Pour les inconditionnels du bas de ligne, il convient d’utiliser le plus souvent un corps de ligne en 8/100 et un bas de ligne de 6,5 à 7/100 d’une longueur de 10 cm.
Prenez de préférence des fils de même référence pour ne pas vous retrouver avec un bas plus solide que le corps de ligne. En effet les indications de diamètre et de résistance précisées sur les bobines sont souvent fantaisistes. Aussi n’hésitez pas à tester s’il s’agit de marques différentes.
[size=16]Pour les débutants ou en présence d’herbiers (places souvent très bonnes), vous pourrez employer un corps en 10/100(maxi) et un bas en 8/100, mais je préfère tout de même pêcher plus fin pour diminuer la prise au vent et favoriser la souplesse de l’ensemble du fait que le flotteur est de petite taille.


c) le flotteur :
Je parlerai ici davantage des flotteurs pour le gardon que pour l’ablette, cette dernière étant moins répandue dans nos eaux.
J’utilise le plus souvent des flotteurs de 0,10g (4x9 correspondance styls) à 0,30g (4x13).
Paradoxalement j’évite pour la pâte, à l’inverse du ver de vase, l’emploi de flotteurs trop effilés à leur sommet et munis d’une antenne très fine. En effet, le poids de la parcelle de pâte suffirait à le faire couler, ce qui n’est le but recherché.
Un flotteur type Frack de milo avec antenne assez courte et épaisse ou un petit flotteur carotte ou « maison de forme crayon » (c’est-à-dire cylindrique, de diamètre 4 mm, arrondi à sa base, bien quillé, effilé en pointe à son sommet et démuni d’antenne) me semblent bien appropriés à cette pêche.
Je me sers beaucoup de flotteurs « maison » en plume de paon de diamètre de 2,5 à 4 mm maxi et de longueur de quelques centimètres pour l’ablette et à 9 cm maxi (s’ils sont très fins) pour le gardon. Ils sont dotés d’une quille en fer ou inox de 0,3 mm pour l’ablette et 0,4 mm pour le gardon, ou en carbone, plus solide, pour les endroits encombrés. Pour l’ablette , la quille est aussi longue que le corps et pour le gardon, j’adapte sa longueur en fonction de la minceur et de la longueur de la plume.(si le diamètre de la plume est de 3,5 à 4 mm, la quille sera alors aussi longue que le corps, s’il est de faible section elle sera ramenée à une longueur de 3 à 4 cm).Je colle la quille à l’araldite et rajoute à sa base un excès de colle qui l’arrondit (hydrodynamisme) et la renforce.
Je colle un petit œillet en fil de cuivre très fin ou en corde à piano à une distance variant de 5 mm de son sommet (pour les plus petits) à 10 mm pour les plus grands. Cela facilite les petits relâchés discrets pour ne pas détacher la pâte (qu’on aurait du mal à contrôler s’il était placé trop haut) et cela réduit les emmêlements (s’il était positionné trop bas).
Cependant j’utilise de plus en plus des petits coulants en plastique très fin (gaine thermo- rétractable des carpistes) pour la pâte et encore plus pour la graine. Ils ne déstabilisent pas le flotteur et peuvent être réglés à la hauteur que l’on veut, et ils ne font pas « exploser » le flotteur contrairement à l’œillet en cas de démarrage d’une carpe ou d’une grosse tanche dans les herbiers,emplacements de choix aussi pour les gros poissons qui aiment y "patrouiller".
Dans la majorité des cas je n’utilise pas d’antenne, pour la simple raison que je pêche relativement près et qu’un flotteur sans antenne bien équilibré et quillé n’offre pas de prise au vent et « part beaucoup mieux à la touche ».
De plus, son sommet peint en blanc, jaune ou rouge fluo selon l’éclairage, reste visible, le petit point coloré disparaissant à la moindre touche (voir mon post du 04/03/09 sur la visibilité des flotteurs).Il se comporte comme les flotteurs roubaisiens de nos pères et grands-pères. Toutefois en cas de vent ou si je dois « rallonger la distance » j’utilise un flotteur en paon doté d’une antenne très fine et courte (5 à 6mm) mais équilibré sur le rond, l’antenne émergeant complètement. En pêchant à la pâte, ce type de flotteur admet une petite « surcharge de pâte » sans couler à pic. Il permet ainsi de pêcher presque par transparence.
Si on emploie une antenne courte et plus grosse en plastique ou en fibre fluo (jusqu’à 1,5mm de diamètre ou un petit insert en paon) il faudra plomber sur l’antenne et en laisser dépasser un peu selon les conditions.
Quand je désire peindre ce type de flotteur en plume de paon (on n’est pas obligé car il ne prend pas l’eau) je choisis la peinture noire pour le corps et blanc d’abord pour le sommet, le blanc acceptant bien ensuite le vernis fluo. L’atout de la plume de paon, tient aussi au fait que moins porteuse que le balsa et le polyuréthane elle oppose une résistance à l’enfoncement qui, notamment sur des touches rapides, des tressautements du flotteur occasionnés par des poissons difficiles (pluquages) , permet de ferrer plus sûrement sur une touche plus marquée, en étant un peu plus patient.

Si vous ne possédez pas de plumes de paon, vous pourrez fabriquer facilement vos flotteurs en balsa de diamètre de 3 ou 4 mm, en reprenant les indications précités et celles qui sont indiqués dans les posts « fabrication des flotteurs ».
C’est vrai que la fabrication des flotteurs constitue non seulement un plus pour le porte-monnaie, mais aussi et surtout un contentement de prendre du poisson avec son propre matériel.

Nous aborderons la prochaine fois la plombée dont le rôle est souvent sous-estimé mais dont la disposition de ses éléments reste primordiale pour prendre du poisson.

Amicalement,ch'pateu.[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Le Grand blanc





MessageSujet: Re: La pêche fine à la pâte: une des "pêches à papa" Mer 16 Déc 2009, 05:04

Ca c'est du partage, grand merci à toi.

Une fois ton exposé terminé, j'aimerai le mettre en avant avec ton autorisation Wink

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Nous avons 13746 Artpêchois | 567156 messages | 36470 sujets et skymars est le dernier inscrit sur ADLP
Revenir en haut Aller en bas
http://www.art-de-la-peche.com
ch'pateu





MessageSujet: Re: La pêche fine à la pâte: une des "pêches à papa" Dim 20 Déc 2009, 17:13

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
(suite)

d) la plombée :





- le grammage :
Pour la pâte tendre (recette n°6 ) je privilégie un profondeur de pêche de 1,50 m (maxi ),la zone de pêche pouvant varier de 0,80 m de la surface, voire moins, à quelques centimètres du fond, selon les conditions, ce qui explique le grammage des flotteurs choisis ,compte tenu de la règle des 0,20 g par mètre d’eau. Pour la pâte demi-ferme (recettes n° 1 à n° 3) vous pourrez couvrir, sans problème, des profondeurs plus importantes, comme les autres esches et de ce fait adopter un grammage un peu plus important.


- les plombs :



Généralités sur les plombs :

Avant d’aborder ce paragraphe, j’aimerais vous faire part de ma réflexion sur le choix des plombs à employer.
Etant donné les nombreux défauts des plombs sphériques, notamment leur irrégularité et leur absence de centrage, j'ai adopté depuis leur apparition sur le marché, les PLOMBS STYLS CARRES.
Je n'ai pas rencontré de problème majeur dans leur utilisation dans la mesure où je limite leur nombre à huit sur la ligne et qu'ils sont positionnés en tailles dégressives (les plus gros situés côté flotteur) et presque accolés entre eux au niveau de la plombée principale. Cette dernière est suivie d'un groupe de deux plombs de même taille presque accolés aussi et ensuite on trouve le ou les petits plombs de touche vers l'hameçon. Je monte mes lignes d'étang de cette façon jusqu'à 0,6 g.
Je les associe aussi aux lignes avec olivette que je rends coulissante "dur" pour ne pas écraser le plomb de dessous.
Pour info ils sont vendus en boîtes rondes distributrices (fond jaune cerclées de rouge) "petites tailles" du n° 10,5 à 14 ; et "grosses tailles" du n° 2 au n°10.On trouve aussi des recharges dans les différentes tailles (couvercle rouge).
Ils suivent donc la numérotation des sphériques, contrairement aux styls classiques qui sont classés selon leur diamètre (7/10 de mm pour les plus petits).
Leur montage avec la pince styl s'effectue à la vitesse « grand V », leur centrage étant parfait. Il conviendra de les resserrer à la pince styl, de temps en temps, s'ils glissent un peu (surtout les gros) et les repositionner correctement en respectant les intervalles s'il y a lieu dans chaque groupe, ce qui évitera les emmêlements. De plus on arrive plus facilement à les déplacer sur la ligne que les styls classiques pour s'adapter aux conditions du jour (pêche facile: groupes de plombs ramenés vers le bas, pêche difficile: groupes de plombs ramenés vers le haut, disposition très efficace au vaseux, à la graine ou au pain de mie pour une descente lente et naturelle de l'esche. Il ya des jours où cette dernière disposition fait la différence.


Applications à la pêche à la pâte :
Depuis 1999, date de leur commercialisation par Sensas, j’utilise, le plus souvent, les plombs Styls carrés conditionnés en boîtes rondes distributrices. Ces plombs sont parfaitement fendus et constituent un bon compromis entre les sphériques (rarement bien centrés et souvent irréguliers) et les Styls classiques qui ont tendance à s’emmêler davantage.

A ce sujet, moins on a de plombs sur la ligne, moins on emmêle. Pour cette raison je limite leur nombre à huit et les place en dégressif (du plus gros vers le flotteur au plus petit, côté hameçon).


A titre indicatif, je vous ai composé un tableau de correspondance poids / nombre de Styls carrés :

0,10 g (4x9) = 1 n° 14 + 2 n° 13 + 1 n° 12 + 1 n° 11,5
0,15 g (4x10)=1 n° 13 + 1 n° 12 + 1 n° 11 + 1 n° 10 + 1 n° 9
0,20 g (4x11)=1 n° 13 + 1 n° 12 + 2 n° 11,5 + 1 n° 11 + 1 n° 10 + 1 n° 9
0,25 g (4x12)=1 n° 12 + 1 n° 11 + 1 n° 10,5 + 1 n° 10 + 1 n ° 9 + 1 n° 8
0,30 g (4x13)=1 n° 12 + 1 n° 11,5 +1 n° 11 + 1 n° 9 + 1 n° 8 + 1 n° 6




- les olivettes :
Il m’arrive encore d’employer pour les pêches faciles l’olivette stix (pointue aux 2 extrémités) qui descend plus doucement que les « gouttes d’eau » et qui de ce fait « emmêle » moins. L’olivette aura un glissement « dur » assuré par un morceau de paille de riz ou de corde à piano de 18 à 20/100 cintrée faisant ressort ou un brin de nylon de 8 à 10/100 sur lequel on fera plusieurs noeuds superposés les uns sur les autres et en testant nœud après nœud( la ligne ne devant pas vriller), on coupera à ras le surplus de fil de chaque côté. Vous pourrez également fabriquer des petites olivettes à partir de styls classiques tailles 16 à 20 dont vous pourrez arrondir les extrémités, ou en fil fusible d’électricien coupé dans la longueur correspondant presqu’à la portance du flotteur et enroulé à la forme voulue sur un fine aiguille ou un brin de corde à piano dressée, puis écrasé en le faisant rouler entre deux surfaces dures. Ce type de plomb mou pourra facilement être pincé avec les doigts sur la ligne pour glisser « dur ».
On utilisera comme plombs d’appoint des Styls carrés dégressifs comme indiqué ci-dessus.


PETIT TRUC : Avant d’équilibrer vos lignes ou avant de pêcher, toujours saliver votre flotteur, il se positionnera beaucoup mieux dans l’eau.


- leur disposition :
Beaucoup de pêcheurs équilibrent parfaitement leur flotteur à la maison mais ne modifient pas la disposition de leur plombée selon la difficulté de la pêche. Quand le poisson est coopératif, pas de problème, mais quand « il pluque », il convient d’adapter sa plombée.

Pour les pâtes demi-fermes, je vous renvoie au § Généralités ci-dessus.
Je préciserai que je fais glisser le plomb de touche (ou les plombs, il m’arrive d’en mettre 2 voire 3 ) à une dizaine de centimètres de l’hameçon( juste après le bas de ligne s’il y en a un).
Je dispose au dessus un groupe de deux plombs presqu’accolés et encore au-dessus la plombée principale (styls carrés accolés ou olivette glissant « dur »).


Pour la pâte tendre (recette n°6) en pêche facile : le plomb de touche de 4 à 8 cm de l’hameçon (sur le bas de ligne s’il y en a un) et plombée massive dégressive située de 10 à 20 cm de l’hameçon (olivette possible mais plombée plus brutale).


En cas de pêche difficile (toujours à la pâte tendre) ,

-soit une plombée progressive (logarithmique) : plomb de touche à 6 cm de l’hameçon, un groupe de 2 accolés 6 cm au dessus, puis 3 accolés 6 cm au dessus et ainsi de suite….pour les légers courants ;

- soit une plombée divisée avec le plomb de touche à 6 cm de l’hameçon, le second à 5cm au dessus, le troisième à 4 cm au dessus, le quatrième à 3 cm au-dessus, le cinquième à 2 cm ,le sixième et suivants à un intervalle respectif de 1 cm au-dessus, ce pour les eaux calmes( pas d’olivette) .
Mais dans les tous les cas, le plomb de touche sera « baladeur » .Il pourra être déplacé à une distance de 1 à 5 cm de l’hameçon pour déceler le plus tôt possible la touche du poisson sur cette esche molle. Ce plomb de touche (les anciens l’appelaient plomb de « choc ») fait souvent la différence, toutes choses égales par ailleurs.

SYNTHESE SUR LES LIGNES pour la pâte :Construite en fil de 7 à 8/100, les lignes seront munies pour le gardon d’un hameçon très fin de fer n° 24 dont l’ardillon sera écrasé s’il est trop prononcé, d’une plombée dégressive en styls carrés adaptée à la profondeur de pêche qui équilibrera un petit flotteur de préférence à tête plate (type carotte ou paon avec ou sans antenne). Le plomb de touche pourra être déplacé très près de l’hameçon pour pêcher à la pâte tendre.


J’espère ne pas avoir été trop ennuyeux dans ce long développement sur les lignes J’aborderai la prochaine fois les amorces et l’amorçage.
Amicalement,ch'pateu [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas

La pêche fine à la pâte: une des "pêches à papa"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 5Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Art de la pêche ::  ::  :: -
Sauter vers:






Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit